Deviens mon patron: un nouveau modèle économique pour les e-artistes indépendants #patreon

Le malicieux Jack Conte, le très créatif poilu du magnifique duo Pomplamoose, propose un nouveau site de financement participatif pour le quotidien des créateurs de contenu numérique: video, musique, sketchs…, et ça s’appelle Patreon

« piracy is not going away and I think that’s good » … « if you can’t afford music I still want you to hear my music » (source)

« Le piratage ne va pas disparaitre et c’est très bien ainsi … si vous ne pouvez pas vous offrir de la musique, j’ai quand même envie que vous écoutiez la mienne » 

Julia Nunes

A la différence d’un kickstarter qui fait des appel à financement pour un gros projet ponctuel, Patreon propose aux internautes qui veulent soutenir les créateurs une sorte de flattr automatisé. Pour motiver l’artiste à créer du contenu, tu fixes la sommes modique que tu lui donneras à chaque fois qu’il sort une video ou une chanson. Tu deviens alors son « Patron », ce qui en anglais s’entend plus comme mécène que comme exploiteur à gros cigare 🙂

Pour éviter tout débordement tu peux fixer une somme mensuelle que tu ne veux pas dépasser.

Comme dans les sites de crowdfunding, tu as des bonus si tu donnes plus.

Le site est très bien fait, propre et efficace, très classique dans ce qui se fait en ce moment en terme de simplicité et d’ergonomie.

C’est donc un modèle de plus proposé avec beaucoup de tripes pour les « artistes entrepreneurs indépendants », sujet sur lequel nos amis ont des avis très intéressants, totalement 21eme siècle, un souffle bénéfique dans cette ère pestilentielle du business du copyright.

C’est frais, c’est intelligent, on veut y croire. Mais pour ça il faut se bouger et sortir la carte bleue! 🙂

Bravo et bonne chance Mister Jack!

PS: on m’a suggéré de faire ma page Patreon mais je maintiens le cap: tant que je peux m’en passer, je refuse toute monétisation de ce que peux envoyer dans la toile.

PPS: j’ajoute l’interview de Pomplamoose sur le sujet de la création en ligne indépendante par un pédant de chez techcrunch

Me voilà un fier et modeste patron 🙂

 

 

7 Comments

  1. Vraiment très intéressant, et innovant, et plein de bon sens 🙂 Enfin comprendre qu’on peut se passer d’intermédiaires inutiles, voire parasites, qui ne défendent un modèle que parce qu’ils en profitent à fond, sans que la musique y gagne. Direct du producteur au consommateur, voilà la vraie vie 🙂

  2. dd

    Je suis partagé.
    Ca semble bien pour les artistes, mais la partie « tu as plus si tu donnes plus » me semble sonner le glas des contenus internet gratuits.

    Jérome, je ne pense pas que tu puisses monétiser tes chansons pour des problèmes de droits justement.

    • jcfrog

      pour les « plus », je ne pense pas que ce soit bien grave, pour moi ce ne sont que des petits goodies, et de toute façon tout est piratable 🙂
      de toute façon je ne le ferai pas, mais je ne sais pas pour cette histoire de droit. a priori on a droit au pastiche, si on vend du pastiche, je ne sais pas si il faut payer des royalties ou avoir un autorisation. est ce que les imitateurs payent des droits aux auteurs? sais pas.

    • Guéric

      Ca ne tue pas le contenu gratuit car pour te faire connaitre et avoir des patrons tu dois proposer du contenu gratuit.
      Par contre tout ne sera pas gratuit, certain contenu seront réservés pour ceux qui te permettent de vivre de ton art.

      Finalement, il se pourrait bien que ce soit un modèle économique viable et responsable (en attendant le RdB 😉 ). Personne ne deviendra millionnaire avec ce truc, mais au nom de quelle loi divine l’art devrait il te rendre riche ? Par contre il n’y a pas de raisons non plus pour que tu deviennes pauvres alors que des milliers voir des millions de personnes suivent ce que tu fais.

      J’en avais pas entendu parlé merci JC 😉

  3. Pingback: Deviens mon patron: un nouveau modèle économique pour les e-artistes indés | Don't believe the Hype

  4. Pingback: f(music)=money | JCFrogBlog4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *