Emmener ses enfants manifester? #democratie #EducationPopulaire

pancartes manif

Nous sommes allés manifester nos convictions hier. Nos enfants (7, 13 et 14 ans) sont venus avec nous. J’étais un peu gêné aux entournures.

Je me souviens des manifs pour tous avec les gosses devant qui portent des pancartes et je me souviens que je n’aimais pas ça.

Hier c’était improvisé, on a appris 2h avant d’y aller qu’il y avait ce rassemblement. Il n’était évidemment pas question d’essayer de faire du chiffre en ramenant nos chérubins mais on leur a demandé s’ils voulaient aller chez les grands parents et ils ont répondu que non, il voulaient venir avec nous. Du coup ils ont participé au bricolage et la peinture des pancartes réalisées dans l’urgence.

Le seul truc que j’ai demandé c’est que les enfants ne portent pas nos pancartes. Résultat ma fille a été filmée par Ouest France avec une des 2 en main 🙂 #EpicFail

J’ai réfléchi à tout ça et je pense au final que c’était très bien. Voilà les aspects du problème auxquels j’ai pensé:

  • leur sécurité: il n’y avait aucun risque de charge de CRS, c’était un petit rassemblement pacifique dont on pouvait à juste titre préjuger que c’était sans danger.
  • influençables: qu’ont ils représenté hier? Leurs idées ou celles de leurs parents? A quelle âge est on légitime pour penser? Je crois qu’il n’y a pas d’âge, la pensée personnelle se construit progressivement, le cordon ne se coupe pas à la même vitesse ni au même âge selon les individus. Au final quelle importance? Quel parent n’est pas de toute façon une influence majeure dans le parcours intellectuel d’un enfant. Nos idées politiques ils baignent dedans tous les jours, pas plus hier qu’à l’apéro de ce soir. On parle beaucoup politique ici, de plus en plus souvent avec les ados aussi, et je suis du genre à prendre mille précautions, du style « mais ça c’est mon opinion à moi, ma conviction », à essayer de séparer les faits des interprétations, donc au final, je ne pense pas avoir embrigadé mes enfants hier plus ou moins que d’habitude.
  • éducation politique: je suis un peu obsédé par l’éducation populaire ces temps ci. Ce combat me semble de plus en plus essentiel car je crois que la Démocratie s’éloigne de plus en plus et notamment parce qu’on ne l’apprend pas, ni à l’école, ni plus tard. Or la Démocratie ça s’apprend. Donner son avis, faire une pancarte et aller la porter c’est quelque chose que je n’ai jamais vécu dans mon enfance, ça n’est pas encore complètement naturel pour moi, mes parents ne défilaient pas (pour autant que je sache). Mes enfants hier ont vécu leur 2eme manif, et je crois que quelles que soient un jour leurs opinions politiques adultes, cet exercice démocratique est certainement une expérience intéressante pour eux, moins par les idées qu’elle portait que par le l’exemple de pouvoir s’exprimer publiquement.

Voilà pourquoi avec le recul je ne regrette rien. C’est à juger au cas par cas mais pour l’instant je suis finalement content qu’ils soient venus, de leur propre volonté bien évidemment.

14 Comments

  1. Organisé par Jean-Philippe Guédas (PS), avec une intervention de Jeanne-Françoise Hutin, épouse de François-Régis Hutin, patron de Ouest-France. Rien que pour ça moi je n’y emmène pas mes enfants.
    Et il a encore fallu que Madame Hutin parle du pape, le leitmotiv du journal de son calotin de mari.
    Bon, je te taquine mais je comprends tes réticences et suis certain que tu n’y a pas trainé tes enfants de force. Comme toi je n’admets pas l’embrigadement des enfants que l’on constate lors de certaines manifestations.

  2. Frinnock

    J’ai emmené Emma au mois de Janvier, elle avait 8 ans, n’avait pas forcément tout compris…

    Ce matin, sa mère et elle m’ont demandé si j.etais,d’accord pour accueillir une famille chez nous…

    Ca grandit vite, les convictions aussi.
    Je pense qu’il va falloir surveiller et veiller aussi à ce que les « valeurs » des autres ne viennent pas court-circuiter, les siennes, qui sont aussi les nôtres pour le moment…
    Je suis toujours méfiant vis à vis des manifestations, quelles qu’elles soient.

    Mais il y a des combats qui méritent que des enfants se lèvent…

  3. lipki

    Il ni a pas d’âge pour avoir un avis politique.
    ( il ni a pas d’âge pour être pertinent non plus. )
    Mais il y a un age pour manifester, agir physiquement pour défendre sont point de vue.
    Et 7, 13, et même 14 ans, c’est trop jeune.

    Après, les enfants sont influencé par les idées politiques de leurs parents, c’est inévitable.

    • lovizolette

      @likpi
      J’ai de moi-même commencé à manifester dans la rue à l’âge de 12 ans contre la vivisection et contre l’equivalent du FN en Angleterre de mon plein gré et sans que mes parents le sachent. (Je n’avais pas le droit de sortir seule avant cet âge et mes parents n’aurait sans doute pas été d’accord que j’y aille. C’est pour cela que je ne disais rien.) A 10 ans j’écrivais des lettres et signer des pétitions pour le respect de la nature et des animaux. Je me suis fais prendre, ils n’étaient pas contents (pour ma sécurité j’imagine) mais cela ne m’a pas empêché de continuer.

      Nous ne pouvons pas donner un âge pour ça. Chaque enfant est unique et doit avoir autant le droit de s’exprimer qu’un adulte si et quand l’envie lui prend.

  4. Quand on manifeste, on crois servir une cause juste. Nos enfants, éduqués par nous, n’ont pas encore la maturité de penser vraiment par eux-même en toute liberté (à savoir de penser différemment). Enfant, j’ai été emmenée à une manif anti-PaCS par mes parents, j’avais trouvé ça sympa, mes parents m’avaient même acheté le single de la manif que j’écoutais avec ma soeur ensuite. Aujourd’hui j’en ressens un terrible malaise et je leur en veux. Même pour les causes qui me tiennent à cœur (environnement par ex) je n’emmenerai pas ms enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *