Avec Barré, et pour le barrage #amha #My2cents

Mon cher journal, c’est dur en ce moment tu sais. Je souffre. Mon petit cœur saigne.

Je me fritte avec mes vieux potes à cause de ma radicalité et de mes pénibles exigences, et je n’aime pas ça. Je me fritte avec mes réseaux gauchistes parce que beaucoup s’abstiendront, et je n’aime pas ça. Et avec tout ça j’essaye de discuter (tu me connais, peux pas m’empêcher) sans passer pour un moralisateur ou un donneur de leçons, pas facile.

Je vais essayer de te dire ce que je pense vraiment pour éviter au moins les ambiguïtés, parce que souvent sur les réseaux on s’emballe, et même maintenant avec 500 caractères, c’est parfois un peu court pour être clair.

Je profite du billet énervé de Barré pour illustrer tout ça ( dispo ici ) parce que même si c’est toujours idiot de faire des généralités, j’ai l’impression qu’il représente pas mal un certain nombre d’abstentionnistes. Je vais donc donner ma position en réponse à cette vidéo.

( je ne suis pas fan du style trash de Barré, mais sur le fond il dit parfois des choses intéressantes et je constate au passage que la chasse au subversif continue dans le service public )

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo Facebook

Ma position

  • « Victoire de l’abstention » Oui, l’abstention n’est pas respectée dans ce pays, le vote blanc ne sert à rien, les camemberts de Pujadas n’auront que 2 couleurs au soir de l’élection, ignorant des millions de français. Il pourrait y avoir 90% de votes blancs, ça ne changerait rien. Ce n’est pas la démocratie.
  • « Vous faites le jeu du FN » Oui, on en a soupé. Et oui on a le droit de se plaindre même si on s’abstient. Il n’y a aucune ambiguïté en ce qui me concerne : les responsables d’une éventuelle élection de Marine Le Pen sont
    • ses électeurs
    • les PS et LR en place depuis des décennies
  • « Allez plutôt faire la morale aux 15 millions de gens qui ont voté pour des mis en examens ». On ne peut plus d’accord, l’immoralité de ce pays me rend malade.

Personnellement je pense que le seul combat qui vaille aujourd’hui est celui de la conquête démocratique, la fin de la représentation systématique, un bouleversement institutionnel majeur. Les tensions montent de partout, notamment parce que nous ne nous parlons pas. Nos institutions nous l’interdisent, elles nous divisent en camps qui doivent choisir leur chef, puis se battre pour lui. C’est puéril.

« Les gens qui se parlent ne se font pas la guerre »

Au quotidien je combats le système électif et le fascisme néo-libéral. Pour changer le système je ne sais pas trop comment faire, je ne vois à priori que 2 alternatives :

  • soit on prend les armes, pas mon truc
  • soit on construit, on soutient aussi maigres soit-elles les initiatives démocratiques de la société civile et des institutionnels qui prétendent vouloir prendre cela en compte.

Je suis pas du genre optimiste, mais malgré la défaite, je ne vais pas bouder le potentiel réveil d’une vraie gauche qui a manifestement encore besoin de temps.

Je pense que l’extrême droite nous plongerait dans une situation de guérilla civile (larvée ou réelle) qui nous détournera de ce qui se bâtit actuellement. Et puis je crois à l’urgence de protéger des gens qui sont en danger immédiat autour de nous.

Je voterai Macron, sans état d’âme, et je le combattrai. C’est justement parce que je sais trop bien que ces élections sont une farce démocratique que je ne sanctifie pas mon vote et que je ne lui donne pas plus d’importance que la simple nécessité ponctuelle d’enfoncer le plus possible les bruits de botte.

Je sais bien que Macron fera encore monter le FN, mais je ne cracherai pas sur au moins 5 ans de rab pour pouvoir travailler et protéger les plus faibles.

 

Edit 27/04/17 12:01 j’ajoute cette video très intéressante sur le sujet

20 Comments

  1. aguy

    Bonjour,
    Je suis depuis pas mal de temps la newsletter et je suis souvent en accord mais là comme il y a une petite divergence je me permet d’écrire un petit commentaire.
    Depuis 20 ans j’essaye d’augmenter ma culture historique et je me suis aperçu il y a 2 ans à quel point on nous ment… mais pas un mensonge aléatoire, le fruit d’une destinée, mais bel et bien un mensonge construit, pensé. Je fait parti « hélas » des « complotistes » car j’ai fait un peu de probabilité et de dénombrements et normalement au fil des actes le fruit du hasard devrait lisser le résultat des effets des mesures « pas construites » de façon égalitaire entre les riches et les pauvres pour faire simple. Et force est de constater que Non la loi probabilistique n’est pas respecté !
    Par exemple le fait que l’assemblée législative soit plutôt « blanche » et issue de milieu favorisé serait-il un hasard face au 80% des allégements fiscaux qui profite à cette même classe « blanche » dite aisée…

    Pour revenir à cette élection sans quorum, sans prise en compte du vote blanc, où les candidats ayants perçu 500 signatures de maires passent par la sélection au suffrage universel imposé la première fois en France à la république des girondins par Robespierre. Que les 2 moins mauvais (au regard de l’abstention) passent par le 2ème tour qui élira inexorable le moins mauvais des 2. Comment peut-on avoir un candidat choisi au sens de désiré ??
    Et là je me pose LA question que je n’ai jamais vu traitée : « Quel responsabilité les politiques européens portent sur la montée du nazisme et du fascisme en Europe ? ». J’entends par là quel rôle portent la nomenklatura, l’establishment politique de l’époque sur le fait que les peuples vont opter pour des candidats représentant des choix politiques extrêmes à travers une rupture assumée dans les urnes avec la classe politique convenu ? En écartant bien sûr le fait qu’il n’y avait pas dans les années une génération spontanée de cons…

    Non je n’irais pas voté utile au deuxième tour et cela de façon tout à fait assumé et réfléchi. Je ne veux pas laisser la vague de contestation grandir et se développer pour en arriver à des extrêmes de luttes sociales comme dans les années 30. Je préfère recevoir la grosse vague qui, je l’espère, provoquera un simple réveil citoyen et une reprise du pouvoir politique par le peuple que de soutenir cette farce de « pacte républicain » et tendre l’élastique pour finir par affronter les effets dévastateurs d’un tsunami porter à son paroxysme par la tentative d’évitement de ces extrêmes.
    Voilà qui est dit, à bon entendeur Salut ;o)

      • aguy

        Suite à ma modeste réflexion et en suivant l’adage « on a le gouvernement qu’on mérite », le seul capable de ne pas juste renverser l’ordre établi mais en constituer un meilleur c’est bien sûr lui, le peuple.
        En considèrant que l’environnement mediatico-socio-éducatif tend plus à l’apathie et au consumérisme du dit peuple qu’à son éveil et à sa responsabilisation citoyenne, il reste le seul actuel capable de pouvoir à mon avis prendre son destin en main.

        On peut instaurer une didacture bienveillante qui oblige l’éveil citoyen en attendant de lui redonner le pouvoir une fois éveillé, on peut aussi attendre que les gens préfère Arte à TF1 dans un contexte économique et concurrentielle de + en + oppressant pour la majorité des gens.

        On connaît la formule magique du contre-pouvoir sociale aux abus des possédants (appelé également honnête gens par Thiers) : une bonne dégradation des conditions sociales jusqu’à l’émeute ou la révolution lorsque la guerre extra-territoriale aura pu être éviter. Une éruption physique et violente seule voie de recours devenue.
        On reconstitue à la va-vite une organisation sociale et un pouvoir politique qui permet son accaparement par une nouvelle classe dominante et rebelote on recommence.

        Je pense que plus tôt la société dans son ensemble sera obligé de se poser des questions que de défendre ses droits par la violence et plus calmement on aura d’opportunités de pouvoir réfléchir sur une nouvelle organisation du pouvoir pour le peuple :
        Le kratos au demos quoi !

  2. Plessis Marc

    Encore une fois 100% d’accord !!! On est arrivé à cette élection au stade où l’on commence à sérieusement voir que la démocratie n’existe pas chez nous, c’est une vaste blague. Maintenant il va falloir l’expliquer aux gens et qu’ils l’entendent. Et clairement faire passer Macron est surement le seul moyen d’avoir un sursit pour réaliser ça. Mais j’ai peur que l’on mange quand même sérieusement pendant 5 ans et que le risque d’implosion violente augmente très franchement….

    • aguy

      Je suis d’accord avec toi mais j’ai bien peur que + d’oppression sociale et économiques ne poussent les gens qu’à des réflexes de sauvegarde aussi violents que l’oppression : rejet, individualisme…

  3. lipki

    Personnellement je pense que le seul combat qui vaille aujourd’hui est celui de la conquête démocratique, et dans une démocratie on ne vote pas pour des gens.
    Si les français qui adhère à l’élection veulent de marine le pen, grand bien leurs fassent, pour ma part la politique ne se joue pas dans les urnes.
    Et je combattrais ensuite l’un comme l’autre.

      • Plessis Marc

        Le soucis va être de demander à au moins 40 millions de personnes de réfléchir au système actuel et leur faire comprendre qu’il n’est pas juste. A part qu’il soit tous sous l’agonie, je ne vois malheureusement pas comment une révolution autre que violente fera bouger les choses. Je crois à la révolution intellectuelle, malheureusement elle se heurte à la réalité du genre humain. Combien d’exemples autour de nous tous, de gens qui votent pour le FN parce qu’ils font un vote par défaut « pour faire bouger les choses », en se faisant hypnotiser par la comm. du parti, sans voir ce que le FN cache derrière et surtout sans chercher à le voir…..

        Ça en devient non seulement désespérant, mais surtout triste.

  4. Bravo pour ce texte toujours, dans le respect de l’autre même en citant Emmanuel Barré (qui , par son langage ordurier prend sur lui d’être l’exutoire de nos colères gênantes, faisant fi des convenances de cette société du paraître au mépris de sa carrière personnelle avec une constance qui force le respect )

    Pour ce qui est du vote du 2eme tour, j’espère sincèrement que Mr Macron va « remporter la victoire  » contre son adversaire mais avec une petite avance du genre de celle de Hollande devant Sarkozy en 2012 . 52/48 Je trouve que c’est bien payé pour une politique libérale qui s’annonce pire que ses prédécesseurs dans la continuité du liberalisme.
    Et si on voulait appliquer les principes d’une démocratie que tu défends (et que j’approuve) je jouerai mon vote à pile ou face avec d’un côté le vote pour macron et de l’autre l’abstention ou le vote blanc. 🙂
    Tu trouveras peut-être que dans le cadre de ces élections, l’abstention et le vote blanc c’est dangereux, même si on ne vote pas MLP, mais je te répondrais que le liberalisme c’est dangereux aussi , le monde est dirigé par les marchés financiers et le président TRUMP vient d’annoncer qu’il va effectuer une baisse d’impots massive (qui profitera surtout aux 1%, très peu aux classes moyennes) parce qu’il « fait le pari  » que cela va relancer la croissance.
    🙂

  5. do

    oui si Mélenchon n’appartenait pas aux mêmes loges que Macron: là il pouvait gagner en s’alliant à Hamon. il ne l’a pas fait. pourquoi ? ouvrez les yeux : pour obéir à ses « maîtres », les types mêmes qui ont construit Macron, aux mêmes qui entourent LePen (les Philippot, présidents d’instituts de sondage appartenant à Drahi , Bergé, Parisot et compagnie). il faut arrêter de se faire balader de Mitterrand en Chirac en Sarko en Hollande en Macron en Mélenchon en Baroin… ils sont tous dans la même caste. et stop aux injonctions « nazi », « complotiste », « point Godwin », brandies pour ridiculiser ceux qui accusent La Caste. Mélenchon leur appartient tout comme Macron. Ruffin non, mais essayez de mettre Ruffin à sa place, vous allez tout de suite comprendre qui vous avez en face. Vous les décrocherez pas comme ça. on les a vus à l’oeuvre avec Fillon ou Lassalle, qui leur obéissaient pas, l’un traîné dans la boue, l’autre tourné en ridicule, rêvez pas, c’est pas de là que ça viendra. mais du terrain, du local, de la société civile (vérifiée 1000 fois), oui, tout à fait d’accord !!!

  6. Samuel

    Comme d’habitude, ton analyse est pleine de sens, et surtout emplie de bienveillance à mes yeux.
    Cependant qu’est ce qui te fait penser que les initiatives démocratiques seront plus à même de prendre de l’ampleur sous Macron plutôt que sous Le Pen ?
    Comme toi la violence n’est pas mon truc. Mais la violence n’est-elle pas déjà là en soit ?
    Peut-on vraiment affirmer que l’élection de Macron n’aura pas des conséquences autant voir plus désastreuse que celle de Marine ?
    Je suis bien conscient du danger que représente le FN pour de très nombreuses personnes, mais peut-on encore se permettre d’attendre 5 ans pour changer nos institutions ?

    Mon problème c’est que j’ai l’impression qu’en se disant que Macron est « moins pire » et qu’il nous laisse « du temps » pour faire bouger les choses, on procrastine un peu, et peu de chose indique que laisser plus de temps permettrai de s’affranchir d’une révolution dans la violence.

    Et si la violence était inéluctable ? Et si attendre ne faisait qu’empirer les choses ?

    Je tiens bien à préciser que si j’utilise la forme interrogative c’est bien parce que je ne suis sûr de rien…

    • jcfrog

      « Cependant qu’est ce qui te fait penser que les initiatives démocratiques seront plus à même de prendre de l’ampleur sous Macron plutôt que sous Le Pen ? »
      Ben tout, l’Histoire. Le néo libéralisme combat la démocratie lentement par voie légale, le FN c’est direct, batte de baseball à la main, à commencer par la destruction du tissu associatif « infesté de gauchistes » et sur lequel s’appuie beaucoup d’initiatives.

  7. [troll on]
    Après tout, si le FN passe, pourquoi s’opposer ? C’est un geste démocratique !
    [troll off]
    Je ne voterai pas, pour la même raison que je n’ai pas voté aux primaires : elles ne me concernaient pas.
    Le Pen aura peut-être plus de mal à gouverner que Macron (risques de cohabitation notamment). Donc dans le pire des cas, je préfère que notre futur(e) président(e) ne soit élu(e) qu’avec très peu de voies. Ça donnera plus de poids à notre contestation dans la rue (et ce coup-ci, on n’aura pas l’anesthésie « Hollande »).

  8. Gueric

    Bon… On est tous d’accord pour dire que 5 ans de Macron vont contribuer à faire monter encore un peu plus le fascisme (ne nous cachons pas derrière les mots). Alors ? Pourquoi donner sa voix à cela ? Pour éviter le pire qui arrivera tôt ou tard ? Et s’il fallait passer temporairement par le pire en faisant finalement confiance au peuple ? Confiance dans sa capacité de rebondir ? Je ne voterais pas pour Marine (faut pas déconner quand même) mais je ne voterais pas Macron non plus… S’il doit être élu ce sera sans moi, si elle doit être élue ce sera sans moi… Cette élection ne me regarde plus. Je me suis battu, j’ai essayé de convaincre autour de moi. J’ai d’ailleurs réussi, bon nombre de mes proches ont voté progressiste, écologiste, humaniste, pour une autre vision de la politique… Pour d’autres institutions… mais voilà… Nous en sommes là… Devant ce choix, devant ce non choix… Allez gardons espoir, peut être que Macron réussira à me convaincre en déplaçant sa ligne ne serait ce que de quelques mètres… En attendant…

  9. Poil de lama

    La démocratie ne consiste pas à donner de la légitimité électorale à ses ennemis. Marine est une ennemie, Macron est un ennemi, ni l’un ni l’autre n’aura ma voix. Macron a largement assez de soutiens dans la fausse gauche et la vraie droite pour faire un triomphe sans ma voix, qu’on ne me demande pas en plus de me bouger moi-même le cul pour bien consciencieusement élargir sa victoire en plébiscite pour la ploutocratie. On est prié de ne pas confondre antifascisme et masochisme, et d’arrêter de demander aux moutons de surtout bien tous voter pour le loup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *