Lemmy et le Reich #wtf #rock #nazi #thevoice

J’ai récemment été assez touché par la personne de Lemmy Kilmister dans le documentaire qui lui était consacré sur arte. Lemmy, bassiste du groupe Motörhead, est pour beaucoup de chevelus le boss du heavy metal, mais sans ignorer le groupe, je n’ai jamais été un grand fan.

lemmy-1

(Smile, you’re on camera!)

Un truc surtout me gratouillait depuis toutes ces années, c’est ce qui pouvait motiver l’affichage constant de références iconographiques au IIIeme Reich. Provoque? Adhésion? J’ai pris le temps, suite à une discussion avec des amis sur le sujet, d’enfin creuser un peu ce qui pourrait être pour le moins… décevant. Je fais partie de ces gens bizarres qui ont bien du mal à séparer l’artiste de sa création.

Lemmy tank commander

Ce qui semble transparaître de ce que j’ai pu trouver est donc en gros que Lemmy se passionne pour l’histoire de cette période damnée et qu’il collectionne entre autres les insignes qu’il arbore sur ses instruments ou ses fringues, sans aucune adhésion à l’idéologie.

Je n’ai nulle prétention de percer la personnalité de ce monsieur complexe, je n’ai fait que surfer un peu, chercher quelques références et je propose juste de résumer ce qui me semble être éloquent.

On peut dire sans trop caricaturer qu’un nazillon est au moins nationaliste, raciste et homophobe. Il semble donc plutôt improbable qu’un national socialiste ait pour référence un homo noir. C’est le cas de Lemmy qui est un fan absolu de Little Richards dont il dit:

little-richard“For me it was Little Richard that was the king. Imagine being black and gay from Macon Georgia, no wonder he became a singer- he could never have been a boxer”
Pour moi, c’était Little Richard qui était le roi. Imaginez être noir et gay de Macon en Géorgie [dans les années 50!], pas étonnant qu’il soit devenu un chanteur – il n’aurait jamais pu être boxeur
(source)

Cette sensibilité à la différence et l’isolement qu’elle peut provoquer est peut-être ce qu’il y a de plus parlant pour moi. Le facho ne connait pas la compassion.

Mais il y a surtout des réponses précises à ces questions de collusion avec l’extrême droite. Lemmy est clair:

“the world’s too small for that nationalistic shit.”
“Le monde est trop petit pour cette connerie de nationalisme”
“I’m a fucking citizen of the world.”
“Je suis un putain de citoyen du monde”
(source)

Positionnement politique:
« I’m an atheist and an anarchist. I’m anti-communism, fascism, any extreme. »
“Je suis athée et anarchiste. Je suis anti-communiste, anti-fasciste, anti extrêmes”
(source)

S’agissant de son intérêt pour Hitler il conclut en… historien:

« how can you not be interested in Hitler-he made the world we live in… » (source)
« Comment peux tu ne pas t’intéresser à Hitler, il a fait le monde dans lequel nous vivons… »

Pour finir un petit mot amicale sur la religion 🙂
“The only interesting thing about religion is how many people it’s slaughtered. Communism and Nazism are religions as well, make no mistake about it”
« La seule chose intéressante s’agissant des religions est le nombre de personnes qu’elles ont massacrées. Le communisme et le nazisme sont aussi des religions, ne vous y trompez pas »
(source)

Finalement il ressort de ce documentaire et de mes dernières lectures que Lemmy serait surtout est un être noir, gentil mais surement désespéré, en tout cas pessimiste.

Lemmy est increvable. Enfin c’est ce qu’on aime à penser de lui et qui ne tardera surement pas à être démenti. Pour info il soigne par exemple son diabète au whisky coca.

Sans vouloir du tout sanctifier le bonhomme que je ne connais pas, ce qui m’a touché est ce qui semble être pour moi une rare valeur (la seule?) de l’esprit rock: l’indépendance d’esprit. Le Fuck You quoi. Personnellement je suis trop bien élevé pour utilisé ce vocable grossier à tout bout de champ, mais le côté «j’en ai rien à foutre» fait parti de mes fondamentaux. Rien n’est sacré, rien n’a autorité sur ce que je pense, c’est la base. Et c’est tellement loin de tant de posers qui se croient rock 🙂

L’argent, la dope, l’alcool, les filles, c’est rock’n roll, c’est du cirque.

L’intégrité c’est rock.

Voilà, je conclus personnellement qu’il n’y pas de place au doute: Lemmy n’est pas nazi. Tant mieux 🙂

Digressons un peu.

Le charme de la bête, je trouve que c’est un question intéressante. C’est peut être aussi pour ça que j’ai été touché par le bonhomme: il s’avère que moi aussi je me suis passionné pour cette période historique effroyable. Je dois également reconnaître que d’un point de vue purement esthétique j’ai toujours trouvé que les plus beaux uniformes étaient bien ceux des pires racailles: les totenkopfs par exemple. Les impers en cuir noir, les bottes, la coupe des uniformes, la quincaillerie ornementale, il y a un design que je trouve d’une terrible efficacité. Par contre il ne me viendrait jamais à l’idée de les arborer ou de les collectionner 🙂

Ce n’est pas sans importance en terme de propagande, d’impact. J’ai lu plusieurs témoignages dans différents pays de gens qui étaient impressionnés par la sensation de puissance que dégageaient les troupes allemandes qui défilaient en envahisseurs dans leurs rues, comme sur les Champs Elysees, leur allure pouvait fasciner voir charmer qui se laisse impressionner par la force (pas The Force hein 😉 )

J’appelle ça le charme d’Alien. Une esthétique noire et morbide de la sauvagerie, de la toute puissance. Le danger est la séduction des esprits faibles, souvent des êtres abîmés. Les brutes, les bourreaux, les tyrans ont souvent été des victimes. La violence s’incruste dans les chairs, elle se reproduit. C’est une des raisons pour lesquelles il faut toujours la surveiller la bestiole: elle a du pouvoir.

Enfin pour l’anecdote, j’apprends que Monsieur est a little bit French 🙂
“As far as I can tell, I’m part English, part Scottish and a little bit French”
Pour autant que je sache, je suis en partie Anglais, en partie Ecossais, et un petit bout de Français
(source)

9 Comments

  1. Merci pour l’enquête et la reflexion, msieur. Sans connaitre le mec (honte) ça parle, beaucoup.

    Et évidemment ça me fait penser (dans un genre nettement … différent) à ce groupe de gros débiles qui n’a rien trouvé de mieux que de se baptiser Sexion d’Assaut (-presque- comme le service d’ordre du parti nazi) . Mais là, pas de discours de Fuckyou anar dans l’air, que dalle. Au moins les mecs auraient pu te dire ouais, c’est symbolique, on veut transformer un symbole nazi en quelquechose de sexuel avec ce X, de l’ordre de l’amour, du genre, la marguerite qui fleurit sur la tombe du bourreau, l’espoir, toussa… mais nan, ils ont entendu ce nom et ils ont trouvé ça beau. « On a tout de suite kiffé, ça faisait guerrier. » (Paris Match)

    Gnnnrrrfff. Hey les gars quand on veut pas porter de symbole dans son nom on s’appelle Chantal Goya c’est pas compliqué, hein.

    Enfin, donc, rien à voir avec un Lemmy dans la démarche. Je vais prendre mes cachets, moi. 🙂

  2. Chewhaka

    Merci pour cette enquête.
    En fait, j’ai regardé le documentaire sur arte et je me suis posé exactement la même question. Le documentaire élude ce point.
    Je m’étais déjà posé la question avec Marilyn Manson. En creusant un peu, en regardant quelques interview ( dont celle de Mickael Moore) et quelques documentaires, en comprenant son envie artistique ( qui dépasse la musique) , j’ai fini admettre qu’il y avait une grande part de pure provocation et que le personnage n’était pas profondément débile

    Mais effectivement, restons vigilant

  3. soreska

    pas un nazi mais imaginez vous simple citoyen arborer une croix de fer ou autre objet nazi vous filez droit devant un juge avec une clique d’associations anti fascistes sur le dos. non franchement moi en tant que polonais ça ne me fait pas rire. et qu’il ait pu jouer en Europe avec tout son attirail je dis que ce Lemmy a été au-dessus des lois et qu’il n’est pas un citoyen comme nous.

Répondre à Berurier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *