Très chers professeurs, très chers proviseurs, et surtout chers ministres, je vous en conjure, entendez ma supplique: cessez d’enseigner “internet” à mes enfants. Ceci n’est pas une agression contre les corps enseignants, c’est une proposition de débat où je risque de ne pas toujours être très tendre, mais je suis …