La neutralité du Net, c’est relou à expliquer.

Et c’est un bonheur quand certains y arrivent.

tuyaux

Beaucoup s’y collent, peu y arrivent à mon sens. Parmi les bons nous avons eu récemment l’excellent show comico-pédagogique de John Oliver (voir plus bas). D’autres tentatives heureuses voient régulièrement le jour, souvent en anglais, désolé maman (voir encore plus bas CollegeHumor ou le plus sérieux CommonCraft).

Pourtant maman je veux que tu comprennes parce que c’est HYPER IMPORTANT.

La bonne nouvelle c’est qu’une nouvelle vidéo française faite par nos amis de #DataGueule (redésolé maman pour le gros mot) ont réussi je crois une très bonne version en terme de pédagogie. Je leur piquerais bien d’ailleurs quelques visuels pour mes cours en primaire ou j’aborde Internet avec les enfants comme un ensemble de boites connectés par des tuyaux: « Le net n’est qu’un tuyaux qui transporte des paquets », normalement sans les ouvrir, tout est là.

Bravo Data Gueule et merci pour cette vidéo: « Neutralité, j’écris ton nom »

John Oliver (Last Week Tonight show)

HumorCollege

CommonCraft

6 Comments

  1. Macaque

    Je trouve que les articles sur la neutralité du net on presque toujours tendance à mélanger plusieurs choses bien différentes.
    Si on prend l’exemple de la poste, il n’y a pas d’atteinte à la neutralité lorsque l’on offre le choix d’envoyer quelque chose en recommander ou en urgent par rapport à d’autre lettre non prioritaire.
    Il n’y a pas non plus atteinte à la neutralité sur un distributeur de programme tv a des accords avec la poste pour diffuser son magazine sur l’ensemble du territoire à un cout unitaire moindre que si un particulier envoyait un seul magazine.
    Il n’y a pas d’atteinte à la neutralité du réseau lorsque l’on diffuse des enveloppes prétimblés pour que ce soit le destinataire qui paie le cout du transfert et nous celui qui la poste.
    Le fait d’ouvrir une voie spécial bus ou taxi ça n’a rien avoir avec le fait de le faire en fonction du sexe du conducteur, de la couleur de ces yeux ou de son vote à la dernière élection.

    En ce sens, faire des distinctions sur la priorité des paquets en fonction des adresses sources, destinations ou de certains flag de priorité/type de paquet dans le header (sans regarder le contenu du paquet donc) ne serait pas contre la neutralité du net.
    On peut estimer que ce n’est pas souhaitable, mais l’argument de la neutralité du net me paraît falacieux.

    Si on regarde les abonnements internet, il n’est pas illogique que ceux qui consomment beaucoup de bande passante paient plus chers que ceux qui n’en utilisent presque pas.
    Il n’est pas illogique non plus d’avoir de distinguer plusieurs types de flux pour optimiser le réseau, du moment que l’étiquetage des paquets n’est pas réalisé par le FAI.
    Techniquement il serait logique d’avoir des abonnements ou l’on paie en fonction de ce que l’on consomme.
    On pourrait avoir un réseau on des flags de priorités sont fixés sur les paquets et où l’on paie à la fin du mois un montant qui dépend du nombre de paquets de chaque type échangé.
    Par exemple les paquets DATA serait moins chers que les paquets « VOIP » mais ils y auraient plus de latence.
    Il ne serait pas non plus abérant d’avoir un système où la répartition du cout puisse etre variable suivant les personnes impliquées.
    Par exemple qu’un service payant de diffusion vidéo prenne à se charge les communications plutôt que celles-ci allourdissent sa facture à son FAI (techniquement c’est peut être un peu compliquer).
    Tout ça ne veut pas systématiquement dire que votre abonnement vous couterait plus cher, au contraire. Aujourd’hui la charge du réseau (spam + attaque ddos comprises) est répartie entre tous les abonnées des FAIs. Ceux qui consomment peu paient donc pour tous les autres.
    En répartissant le coût du réseau (qui ne changerait pas, voir diminuerait du fait d’avoir responsabilisé ces acteurs) en fonction de l’utilisation qui en ait fait, le système serait à mon sens plus juste (et je pense plutôt être dans la catégorie gros consommateurs).

    Tout ça pour dire que je suis pour la neutralité du net, mais contre le fait de l’utiliser pour défendre des choses qui ne me semblent pas y être liées.

  2. Macaque

    L’analogie des autoroutes (tout comme celle de la poste) montre d’ailleurs en quoi la neutralité du net est mal utilisée.
    La voie VIP existe déjà, c’est l’autoroute que l’on doit payer pour emprunter (par rapport à la nationale qui est gratuite).
    Sur l’autoroute les camions dégradent plus la route qu’une simple voiture. Ils ne paient pas le même tarif au péage et sont obligés de rouler moins vite.
    Tous ces exemples n’illustrent pas le problème de la neutralité du net.
    Le problème de la neutralité ce serait appliquer des prix différents à des véhicules en fonction de ce qu’ils ont dans leurs coffres.
    Appliquer des tarifs différents à des véhicules de points/tailles/vitesses/danger différents en logique. Et appliquer un tarif préférentiel pour des abonnement d’une grosse flotte de véhicule d’une entreprise, je ne sais pas si c’est bien, mais ça me semble pas aller contre la neutralité de l’autoroute du moment qu’ils fassent le même tarif pour une autre entreprise de flotte équivalent même si le domaine d’activité de cette dernière ne leur plaît pas.
    Le modèle actuel de l’abonnement internet appliquer à la poste ou l’autoroute serait qu’il y a un seul abonnement unique pour tout le monde, que l’on envoie une lettre par an / fasse un tronçon d’autoroute ou qu’on l’on envoie des colis quotidiennement / fasse 300km tous les jours.
    Bien sur il se justifie en parti par le coup de mise en place de la ligne / location de la ligne / prêt du matériel d’accès par rapport au prix des paquets.
    Mais si on démocratisait des offres où l’on peut utiliser le modem ADSL dont on est propriétaire sur une ligne dont on paie un abonnement + notre consommation (fonction de la quantité de différent type de paquets flagués côté utilisateur), ce serait clairement pas nuire à la neutralité du net.
    Le problème, c’est que les traitements fait par les FAIs doivent être transparents pour l’abonnée et que les FAIs ne puissent pas prendre en otage leurs utilisateurs et/ou les hébergeurs de contenus. Il faut que les prix et la qualité des transferts (vitesse+débit) reste liés à la quantités et aux caractéristiques des paquets, et non à des préférences commerciales liées aux domaines d’activité des acteurs.

    L’un des problèmes du net c’est que des interconnexions entre FAI sont indispensables. Si un fournisseur de contenu est en désaccord avec un FAI, il ne peut pas simplement faire jouer la concurrence et s’adresser à un autre fournisseur, parce qu’il a besoin que les utilisateurs de tous les FAI puissent accéder à son contenu.
    Il est clair qu’il faut empêcher qu’un FAI puisse utiliser sa communauté d’abonné pour extorquer de l’argent à un fournisseur de contenu qui n’est même pas son client direct.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *